• Linda WIDAD

Un monde sans psychanalyse?

Dernière mise à jour : 27 juil. 2021




Il est reproché à la psychanalyse de ne pas être scientifique. Notre époque, en effet, veut que tout soit suivi par « d’après une étude ». Les psychologies actuelles doivent donc avoir des preuves, des statistiques et reposer sur des modèles reproductibles à l’infini.


La psychanalyse, une méthodes sans outil


Le psychologue moderne doit pouvoir travailler avec des outils. Le psychanalyste, quant à lui, est sans outil. Il n'a qu'une matière, des théories qui lui servent de terreau, et le reste ne repose que sur son imagination.

Freud parlait de la sorcière métapsychologie, lorsqu’il se retrouvait coincé devant une problématique dont son esprit scientifique, n’en déplaise à ses détracteurs, n'arrivait pas à s'extraire. La sorcière métapsychologie n’est autre que la capacité à laisser son esprit libre de construire une hypothèse qui sort des sentiers battus. C’est en cela que la psychanalyse est humaine.


Sciences et psychanalyse, des points communs ?


Toutes les sciences, y compris la médecine ou les mathématiques, sont nées d’hypothèses sorties de l’imagination des humains. Toutes ont dû avancer par tâtonnements et ont commis des erreurs.


On pourra toujours trouver des témoignages de personnes victimes de mauvais psychanalystes. Pour faire un parallèle intéressant, la médecine elle-même, ne continue-t-elle pas à avancer à tâtons, par expériences, passant par des échecs et des erreurs, jusqu’à atteindre des effets bénéfiques sur un pourcentage satisfaisant de la population ? Et pour pousser le raisonnement plus loin, certains médecins n’ont-ils pas abusé de leur pouvoir? N’ont-ils jamais, par leurs pratiques, tué personne ?


Il est également intéressant de souligner qu’il n’est pas rare que des médecins ou des psychiatres abandonnent leur pratique et préfèrent se tourner vers la psychanalyse. Cela ne prouve-t-il pas la limite de la science lorsqu’il s’agit de l’esprit humain ? Ces praticiens se sont sans doute retrouvés face à des questionnements pour lesquelles leurs sciences n'ont pas été suffisamment bonnes.... Malheureusement, il y a de mauvais praticiens dans tous les domaines, et la psychanalyse est loin d'en être exempte.


Il faudrait pouvoir définir ce qu’est la science. Personnellement, je ne trouve pas que ce soit si évident. Par exemple, les mathématiques sont une science, mais au départ elles reposent bien sur des systèmes abstraits.


La psychanalyse dans ma pratique


J’aime la psychanalyse, même si je ne la propose pas systématiquement dans ma pratique. Pourquoi ? Parce que c’est une matière avec laquelle tout est possible. Les méthodes plus scientifiques sont aussi vraiment intéressantes. Je ne cache pas que, parfois, j’aime proposer une technique concrète, lorsque je ressens que le patient cherche un outil avec lequel il pourra repartir. Mais cet outil n’est qu’un artefact, un objet déjà construit par un autre. La psychanalyse est la matière qui laisse la liberté à chacun de créer son propre outil.


Je compare souvent l’esprit humain et son incroyable inconscient à l’Univers. Il a une part que l’on peut prouver par des imageries et des chiffres, bref, de la science. Mais une énorme part est encore inconnue à nos machines et à nos calculs. Et cet étrange mélange de systèmes plus ou moins connus, qui reposent sur un monde invisible et infini,  peut être mis en parallèle avec l’inconscient : une matière indéfinissable dont les psychanalystes repèrent l’existence tout au long de leur pratique.

L’étiquette scientifique est sûrement plus rassurante, car elle donne la sensation que ce sera efficace.


La psychanalyse respecte l’individualité de chacun


À l’heure des sciences et des technologies qui progressent à vitesse grand V, et alors qu’on craint un monde gouverné par des robots, on demande à la psychanalyse de disparaître et à la psychologie de se scientifiser et de montrer ses preuves. C’est à se demander si l’on ne cherche pas à faire des humains des robots qui obéiraient tous aux mêmes règles, et qu’on pourrait soigner tous de la même façon. L’être humain n’aurait plus la liberté d’être différent ou de choisir son mode thérapeutique. Car la psychanalyse malgré les clichés qui sont véhiculés à son encontre, a comme particularité de respecter l’individu dans son originalité et de le pousser à trouver son désir. Elle ne façonne pas des êtres sur un modèle ou une pensée unique.


Un autre reproche contre cette pratique


Les querelles et les désaccords entre les différentes écoles, semblent être la preuve que la psychanalyse est du charlatanisme qui n’a aucun sens. Curieusement, c’est ce qui me rassure. Il n’y a rien de figé.


La psychanalyse est, au sein même de sa pratique, en constante remise en question. Elle est une matière qui permet de la modeler à l’infini. Remarquons la contradiction entre cette critique, concernant les querelles de chapelles, et le fait d’affirmer que la psychanalyse est une sorte de pensée unique toute puissante. Freud était le premier à remettre en question ses hypothèses au fur et à mesure que sa pratique et ses recherches avançaient.


En conclusion


Ceci n’est qu’une ébauche d’un questionnement qui est sans doute nécessaire pour répondre aux attaques faites à l’encontre de la psychanalyse. Ces attaques ont, malgré tout, le mérite de nous alerter sur notre pratique et sur la nécessité, sans doute, de ne pas pratiquer seul, d’aller à la rencontre des autres pratiques et d’instaurer un échange.

195 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout